Castel de la Grande Amazone de l'Ordre Royal des Dames Blanche à l'Écu Vert lié au jeu lesroyaumes.com
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrivée des chevaliers licorneux

Aller en bas 
AuteurMessage
Enguerrand_de_lazare

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 12:25

La troupe de licorneux avait avancé parmi les terres du Royaume, franchissant monts et vaux, traversant gués et rivières pour se rendre en temps voulu en le manoir de leurs amies Dames Blanches.

Groupe compact et uni, au mantel frappé de la licorne, avançant d'un bloc, chevaux frémissant, l'oeil aux aguets. Une carriole les accompagnant, pas de coutume certes, mais celle ci avait sa raison d'être.
Même pour voyage d'agrément, les routes pouvaient s'avérer être guet-apens pour troupe non avertie, tant le Royaume, en cette fin d'hiver, regorgeait de groupes de brigands et maraudeurs, attirés hors de leur forets par le dégel gagnant chaque jour un peu sur les frimas hivernaux.
Un regard du Grand Maitre vers ses frères et soeurs. C'est dans ces instants là qu'il appréciait plus encore son Ordre, celui auquel il avait voué sa vie il y a déjà longtemps maintenant.

Quelques lieues encore avant que ne se détache devant eux la silhouette le manoir des Dames Blanches.
Plusieurs autres groupes convergeaient vers les lieux, tantôt troupe de quelque importance, tantôt duo ou trio de cavaliers.
En silence, les chevaliers s'avancèrent, se présentant à l'une des femmes chargées de l'accueil des invités.

Signe de tête poli à l'attention de la jeune femme.


Bonjour à vous. L'Ordre de la Licorne se présente à vous en ce jour, répondant par là à l'invitation qui lui a été faite d'assister aux festivités célébrant la nomination de votre nouvelle Sénéchale.

Fin sourire s'affichant sur le visage fatigué du Grand Maitre, dans l'attente de la réponse de son interlocutrice.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
raianui

avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: ,,   Mer 25 Fév 2009 - 12:49

raianui se trouver dans le cortége derrière le grand maistre
il était fier de venir en ces lieux sous la bannière de la licorne



il avait hâte de revoir dame wonderanny, son amie de longue date
il savait que l'ordre serait bien reçu les DB étaient des femmes d'exceptions
il ne savait pas pourquoi l'ordre avait était invité mais il ne manquait jamais une occasion pour venir voir les DB


bonjour sir enguerrand vous avez fait bon voyage


Dernière édition par raianui le Mer 25 Fév 2009 - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
teia

avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 13:00

Et voilà les nouveaux invités qui arrivaient prés du manoir. Pendant qu'elles étaient à la porte leurs soeurs rejoignaient l'intérieur leur mari, fiancé ou ami. Teïa elle n'avait pas encre eu le temps d'aller voir le sien, trop de monde à la porte. Plusieurs personnes arrivent et Teïa reconnaît pour les avoirs maintes fois vu, l'Ordre de la Licorne.

Elle s'approche de la porte et l'ouvre:
Bonjour chevaliers, je vous souhaite la bienvenue au Manoir.
Je suis Teïa, Apprentie Dame Blanche à l'écu vert.

Citation :
Bonjour à vous. L'Ordre de la Licorne se présente à vous en ce jour, répondant par là à l'invitation qui lui a été faite d'assister aux festivités célébrant la nomination de votre nouvelle Sénéchale.

Si vous voulez bien donner vos chevaux aux palefreniers ici présent, ils s'occuperont d'eux et une fois que vous aurez pris ce qui vous ai nécessire un page va vous accompagner à la maison des invités. Je vais faire prévenir Wonderanny de votre arrivée.


Dernière édition par teia le Mer 25 Fév 2009 - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cerridween

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 20/02/2009

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 13:05

Des routes encore et toujours...

Juste un peu de repos, si on peut appeler cela ainsi et qui ressemble plus à un doux euphémisme qu'à une réalité. La main gantée de cuir de la Pivoine noire flatte doucement l'encolure d'Hadès, le grand shire noir qui la porte depuis la mort de son frère, sans rechigner et sans écart. Elle commence à se faire vieille la grande monture au caractère taciturne, gourmand de paille et de caresse. Il faudra un jour qu'elle pense à se passer de son galop puissant qui fait trembler la terre, surement jusqu'aux profondeurs qui lui ont donné son nom. Mais il est encore difficile pour la rousse de laisser couler de l'eau sous les ponts de son passé et de cette blessure...

Le temps fait son œuvre lentement. Au fur et à mesure qu'elle avale les chemins, les routes, les duchés, les missions. Vie bien remplie ces derniers mois encore... avec son lot de deuil et de surprises. De nouveaux visages, la connaissance de plus ancien, le retour d'autres. Le plus nouveau étant celui qui est son écuyer personnel. Adrian Fauconnier... leur relation avait commencé sur des bases délicates. Les yeux sinoples se posent sur le chariot qui les suit à la recherche de la tête brune. Forte tête... il est bien là non loin du Perplexe. Les yeux soulignent le visage un peu fermé. Il commençait à apprendre sa tâche, difficile pour un jeune noble qui sait sa condition. Servir. Cela ne se faisait pas sans heurt. Pas besoin de s'acharner cependant... elle le laisse, s'étant portée vers l'avant, ruminer et souffler à son aise.

Petit coup de talon, léger sur les flancs d'Hadès qui en quelques foulées à rejoint le Grand Maitre... les sinoples cherchent un instant les ambres.
Un sourire... qui vient d'apparaître, discret mais franc... il peut voir un sourire sur les lèvres de la Maitre d'arme.
Depuis longtemps elle n'avait pas sourit ainsi.
Guérirait-elle près de lui ?
Peu de mots comme à leur habitude. Commentaire sur les futures missions, échange sur les dossiers qui continuaient à encombrer le Haut Conseil et à demi mot des piques, relevées et retournées à l'envoyeur. Si peu seuls... et pourtant. Les regards en disent toujours plus long...

Pas de mauvaises rencontres jusqu'ici. Pour son plus grand plaisir et à la fois son plus grand regret. Le Manoir se profile lentement et grandit au fur et à mesure de leur approche. Les doigts de la rousse exercent une légère pression sur les rênes du shire noir qui ralentit pour laisser Enguerrand en tête de cortège et se porte à la hauteur du chariot.

Présentations... très banales ils sont attendus...
Il va falloir laisser Hadès... les yeux de la rousse se portent vers Adrian. Allez jeune homme assez de repos.


Adrian, je te laisse en charge de ma monture et de celle du Grand Maitre. Tu nous rejoins dès qu'ils sont bouchonnés et que tu t'es bien assuré qu'ils ne manquent de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nith

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 13:09

Voyage en groupe pour les membres de la Licorne. Le Perplexe était ravi de pouvoir chevaucher en compagnie de ses Frères, et surtout pour des réjouissances. Cela le changeait des habituels regroupements des Licorneux pour une bataille ou une guerre à l’autre bout du Royaume. Alors pour une fois qu’il s’agissait d’un joyeux événement, il n’allait pas se défiler, loin de là ! Malgré son état physique, sa maladie, sa charge de travail, il se devait de participer à cette célébration, pour représenter son Ordre, pour remplir sa tâche et maintenir de bonnes relations avec les autres institutions. Mais surtout, cela lui ferait sûrement du bien de participer à un heureux événement, à penser à tout autre chose qu’aux dossiers qui s’empilaient inexorablement sur son bureau. IL n’avait, malheureusement, toujours pas oser tester la manière brûlante de Zalina de traiter lire et traiter les rapports, mais plus le temps avançait, plus les piles prenaient des dimensions astronomiques, et plus la tentation se faisait pressante… Si le parchemin est malencontreusement carbonisé au delà de toute récupération possible, ce n’est pas de sa faute s’il n’a pas pu en prendre connaissance, non ?

Mais ce n’était pas vraiment le moment de penser à cela. Il venait pour une célébration, et optionnellement pour profiter des réjouissances et autre joyeuseté. D’ailleurs, il avait tout prévu pour cela : il avait affrété une carriole pour lui et ses affaires. Un coffre à vêtements, ses armes et armures dont il pouvait avoir besoin lors de cette occasion, enfin bref, il avait apporté avec lui tout son attirail. Il conduisait donc sa carriole, avançant calmement mais sûrement. Il avait préféré voyager ainsi, même si l’allure allait être plus lente, le voyage plus long, mais au moins il allait être beaucoup plus reposant qu’une folle chevauchée en selle. Et tant pis si le train allait en être ralenti…

Il avait aussi, finalement, décidé de participer à la chasse. Décision prise par pure folie dans un excès de spontanéité et d’optimiste sûrement… Un arc et un carquois trainaient à l’arrière, il ne savait pas trop ce qui lui avait pris. Il n’avait jamais été doué à cette arme, n’ayant jamais eu l’occasion de pouvoir apprendre d’un maître en la matière. Et de toute façon, cette arme ne l’avait jamais intéressé… Mais pour la chasse, l’arc était des plus efficaces. Il était toujours préférable d’attaquer à bonne distance, à l’abri et en sécurité, plutôt que de se retrouver en face d’un sanglier fonçant tête baissée, enragé, avec pour seule défense un long couteau de chasse… Rien que l’idée de se retrouver dans cette situation lui mettait le froid dans le dos. Sans compter qu’il n’était pas vraiment le plus doué à la pratique de la chasse. Il savait s’orienter, enfin s’il avait suffisamment de repères et de temps… et qu’il connaissait les lieux d’abord… Mais il avait déjà effectué des missions de reconnaissance, il savait ce qu’il fallait faire lorsque l’on partait en éclaireur. Mais traquer des signes de passages humains n’étaient pas tout à fait identique à la traque des animaux… Enfin, il verrait bien ce que cela donnerait. Après tout, il n’était point là pour se mettre en valeur, loin de là…

Mais cela ne l’avait pas empêché de mettre ses plus beaux atours, histoire de cacher au mieux les traces de sa maladie et de sa convalescence qui passait pas aussi rapidement qu’il le souhaiterait. Chemise de lin blanc de première fraicheur, avec de nombreux plis et replis parfait pour dissimuler sa maigreur. Gilet de laine bleu nuit, histoire de ne pas attraper froid. Il ne manquerait plus que ça… Des braies de la même couleur, rentrant dans des bottes cirées de frais d’un noir profond. Le collier de l’Ordre pendant à son cou, attirant l’attention plus sur le symbole de sa charge plutôt que sur son visage encore émacié. Le tout était recouvert pour l’éternel mantel bleu nuit à la Licorne cabrée d’argent. Même s’il ne ressemblait pas vraiment à l’image du chevalier arrivant sur son cheval blanc, au moins il allait pouvoir profiter des festivités sans avoir à souffrir de courbatures et autres désagréments liés à une trop longue chevauchée.

Un regard sur sa dextre : son épouse se trouvait à côté de lui. Ce qui en temps normal aurait dû le réjouir le préoccupait au plus haut point. Pour lui, elle n’aurait pas dû être là, elle aurait dû se reposer à la forteresse plutôt que d’arpenter monts et vallées. Sa santé lui importait-elle si peu que cela ? Il ne comprenait pas son geste… Ses sourcils dessinaient un « V » au dessus de ses yeux, eux même lançant des éclairs. Il n’était vraiment pas d’humeur, mais il ne dit mot. Ce n’était vraiment pas le moment d’une altercation, avec tous les Frères et Sœurs autour d’eux.

Ils arrivèrent finalement au manoir des Dames Blanches, suite à un parcours sans embûches, quoiqu’un peu froid… Le Grand Maistre s’occupait des mondanités et des présentations, ce qui n’était pas pour déplaire au Perplexe. Un sourire lorsqu’il aperçoit le Maistre d’armes avec sa nouvelle victime… Pour sa part, il préféra laisser le soin des chevaux aux palefreniers, il s’occuperait de ses affaires plus tard…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan NEWTON

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 13:44

Nouvelle chevauchée à travers le Royaume pour un groupe composé en grande partie des sommités du prestigieux Ordre Royal. Ni plus ni moins que le Grand Maître, Enguerrand de Lazare en personne, accompagné de trois de ses bras droits du Haut Conseil. Tout d’abord Cerridween, le Lieutenant Commandeur Maître d’Armes, puis Zalina, le Capitaine Prévôt, et enfin Nith, le Lieutenant Commandeur Diplomate. Ce dernier, malade, voyageait en carriole accompagné de son épouse, Akane, Chevalier Errant, se relevant de son accouchement.

Ethan, comme à l’accoutumé, chevauchait son fidèle étalon. Il n’était pas peu fier de les accompagner ainsi, cependant, il perdurait dans les habitudes prises pendant l’escorte Royale. Il explorait du regard chaque buisson, chaque bosquet, chaque détour des chemins, veillant à prévenir toute mauvaise rencontre. Même s’il savait que presque tous ici présents étaient des maitres en matière de combat, il aurait été très malvenu que l’un d’eux fusse blessé en se rendant à cette cérémonie.

Le groupe avait chevauché presque silencieusement, avançant au rythme imposé par la carriole de Nith. Tous unis dans leur livrée bleu azur, on ne pouvait se méprendre sur leur appartenance à l’Ordre. L’errant se réjouit quelque peu en constatant que ses craintes avaient été veines quand enfin apparût à leurs yeux le dessin du Manoir vers lequel ils se dirigeaient. C’était la première fois qu’il allait assister à une cérémonie de ce genre, et bien qu’il ne soit pas de ceux qui aimaient à pavoiser dans les salons, il avait répondu à cette invitation. Il aurait peut-être ainsi l’opportunité d’y croiser à nouveau une majeure partie de celles qui furent sous ses « ordres » lors de ces derniers mois, et de les rencontrer dans un cadre beaucoup plus accueillant. Il espérait cependant qu’aucune ne lui tiendrait rigueur de la trop grande rigidité qui fut la sienne, quand bien même il avait appris à l’aide de Zalina, à y mettre les formes.

Enfin, pour éviter de trop s’ennuyer, il s’était inscrit aux duels, sans trop savoir de quoi il en retournait en fait. Une façon comme une autre d’éviter l’ennui potentiel de la réception, et de se dérouiller quelque peu. Il faut dire que l’exercice n’avait pas été de mise pendant l’escorte. Pas un brigand, pas une escarmouche. Uniquement des joutes verbales à l’encontre d’antiroyalistes qui ne voulaient rien entendre à l’honneur que sa Majesté leur faisait à se déplacer ainsi dans chaque province du Royaume. Cela l’avait d’ailleurs tout particulièrement affecté, et il en était venu à ne plus apparaître nulle part, se contentant de mener à bien les escortes entre chaque ville.

Mais il n’était plus temps d’y penser. Enguerrand en tête de ce cortège bien ordonné se présentait déjà à l’une des hôtesses. Ethan se retint de sourire lorsqu’il entendit Cerridween donner ses ordres à son nouvel écuyer. A n’en pas douter, il allait apprendre à la connaître, et aussi bien d’autres choses le petit …
Mettant pied à terre, Ethan confia les rennes de Storm à l’un des palefreniers, après s’être emparé de ses fontes. Il s’avança, salua la Dame Blanche, et patienta sagement en retrait d’Enguerrand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akane

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 14:01

Première sortie officielle, après un accouchement des plus difficiles...Traces encore visibles de celui ci. Frêle, blème, vêtue d'une robe de couleur bleu roy, la brune se tenait près du perplexe.
Akane avait tenu à participer aux festivités données par leurs consœurs Dames Blanches pour célébrer un événement d'envergure.
Son nouveau né laissé aux bons soins de sa nourrice, non pas sans un pincement au cœur de le laisser à Ryes, elle prit place dans une carriole des plus banales au côté de son époux.

Renaissance,après une naissance des plus attendues.
Renaissance d'une femme éprise de liberté, de voyages. Elle assurait son rôle d'errante encore, et toujours.
Heureuse d'avoir ses frères et Cerridween à ses côtés, et de revêtir le mantel symbolique de l'ordre.
Elle étouffe un rire lorsque la rouquine donne des ordres au jeune Fauconnier, dur de se contenir, elle avait entendu parler du fort caractère du "petit", et connaissant celui de sa sœur, elle ne l'épargnerait pas... Ses yeux rieurs se posèrent sur le "gamin" brièvement avant de croiser le regard chargé de colère de son époux. Ce n'était pas le moment des " explications" du moins, pas le lieu propice, ils se parleront dans l'intimité...Enfin, il en avait des bonnes, le perplexe, jeter un tel regard, alors que lui aussi n'était point raisonnable durant sa convalescence !

Elle ne dit mot, mais lui fit un de ses sourires à faire fondre un iceberg à lui seul...Combien de fois lui avait il fait le repproche de voyager seul pour se rendre à diverses festivités justement ?

Une Dame Blanche se présenta à eux, la tirant de sa réflexion, il restait plus qu'a attendre que le palefrenier prenne en charge la carriole et son attelage. Elle récupérerait ses effets plus tard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
teia

avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 14:11

Les Licorneux étaient nombreux et Teïa reconnut Ethan qui venait d'arriver. Elle savait que sa soeur Lucie voulait le recevoir.

D'ailleurs, quand elle l'aperçut qui arrivait, Teia salua tout le monde et laissa Lulue prendre la suite des opérations.



[Edit : Zya]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fauconnier

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 16:33

Bruit de chute, dans la carriole, à l'arrivée à la Barbacane. Petite ornière, juste bien placée, juste bien profonde. Une roue qui descend, qui remonte, et un coffre dans la carriole, qui valdingue... Sur son pied.

- " RAAAAAHHHHH, CHIER ! "


Et ce fut sur ce langage assez peu fleuri que le jeune Vicomte, qui ne l'était plus que de nom, accueillit la chute meurtrière (en tout cas pour son pied) d'un lourd coffre de voyage aux armatures métalliques, qui chût avec puissance sur le dessus de son pied droit. Vous pensiez aux orteils...? Nooon. Le dessus, du pied. L'endroit où on a moins mal, mais où on a plus de mal à marcher après...

- " Nom de dieu d'putain d'bordel de nom de dieu de putain de bordel de merde de con de coffre de meeeeerrrrdeuuuuuhhh! "

Eclat prosaïque, sorti d'une gorge enflée par la douleur brusque et brève. Les bottes du jeune homme n'amortirent pas grand chose à la chute, et se déchirèrent même sur le dessus, à l'endroit où le coffre avait chût. Autre découverte, petit: des bottes de cour, c'est joli, c'est sympa. Ca a des petits entrelacs pyrogravés, des décorations sympathiques, des teintes aguicheuses, mais... mais... Mais dans des situations pratiques, tu pouvais difficilement porter pire... Remarque, tu aurais pu y aller pieds nus, n'est-ce pas? Le cuir fin, ça ne change pas grand chose à la peau humaine... Et le Faucon de constater le désastre, et de s'écrier intérieurement:

- " Entrailles de moine! Des bottes de tout premier choix ! C'est pas Dieu possible, ça ! "

Mais qu'allait-il faire dans cette carriole? Non mais, qu'allait-il faire dans cette carriole?
Retour rapide, version magnétoscope. Brouillage d'images, de visages, de situations. Bruits de scratchs audibles, type groupe de rap US des seventies.

Play.

Ryes, quelques jours plus tôt. Peu de temps après la rencontre avec le Chevalier de Vergy(1). La mâchoire du garçon avait désenflée, la glace demandée aux cuisines de la Citadelle aidant, et elle ne gardait qu'une trace violacée du contact violent avec le pommeau de la canne du maistre d'arme léonin, trace prenant des teintes noirâtres piquetées de jaune sur le pourtour. Adrian était entré dans un nouveau rythme de vie. Il se levait le matin de bonne heure, faisait systématiquement ses ablutions à la fontaine de la cour haute de la Forteresse, comme les hommes d'armes de matinée qui se levaient en même temps que lui. Il logeait lors dans la Tour Achille, non loin du chevalier qui lui était assigné. De tout son corps, sa mâchoire n'était encore qu'une douleur légère, hormis quand il souriait ou riait, ce qui était rare. L'horreur suprême, fatale, magnifique, c'était... Ses mains. Ses belles mains blanches de noble, ces mains sans cals, sans traces d'usure, douces, parfaites, aux ongles manucurés comme il sied à tout enfant de bonne famille, et surtout à ceux de Condé! Dès le premier soir, quand sa tête avait cessée de carillonner après le duel contre son Chevalier, il avait dû s'atteler à une tâche lourde et difficile: l'entretien du matériel du maître d'arme. Graisser le cuir de ses bottes, graisser sa brigantine, huiler ses pièces d'armure, nettoyer son épée. Manger, boire un peu, avec les hommes d'arme. Du pain, des légumes, un peu de viande, avec de la piquette du Ponthieu, voire du vin d'Anjou ou de Touraine, le plus fréquent à Ryes, qui ne valait guère mieux. Entretien du cheval du chevalier l'après-midi, entretien de son cheval, que les palefreniers avaient ordre de laisser tel qu'il était. Tâches harassantes, pour qui n'avait pas l'habitude. Et les produits pour le cuir, l'huile pour le métal, la raclette pour les traces de rouille qui piquetaient vite les armures, avec l'humidité normande. Et les harnais, les selles, l'odeur du liniment. Telles étaient ses journées. Leçon avec le maître d'arme, par la suite: apprentissage des bases du bâton, ou comment choisir avec soin son arme, en fonction de sa grosseur, de la taille de ses mains, de sa taille entière, de sa force. Apprentissage des attaques, en oblique, en pique, parades chacune appropriées aux attaques. Et, au final, un chevalier qu'il croisait assez peu, occupée que la Rousse dame de Vergy était aux réunions du Haut-Conseil dans la journée, aux cours donnés aux écuyers et errants présents dans les murs, aux manoeuvres avec les hommes d'arme.

On comprenait donc aisément que, le soir, le jeune garçon put s'écrouler, ivre de fatigue, sur sa paillasse.

Et paroles dures de son chevalier, qu'il n'appréciait pas plus qu'à leur première rencontre. Ton froid, distant, dédaigneux parfois. Le Faucon, sachant ce que pourraient valoir des réprimandes, s'était mis en demeure de bien exécuter ses tâches, même s'il n'en connaissait rien. L'air était frais, mais les jours étaient beaux, alors que l'énergie du printemps naissant émergeait dans la région alentour ; le jeune homme aurait volontiers chassé! Mais il était cloué à des tâches idiotes et ingrates, selon lui, qui montraient un certain statut d'esclave qu'il abhorrait. Lui, jeune vicomte, se voir rabaissé plus bas que le plus infime des palefreniers! Même des catins avaient sans doute plus de considération, eu égard aux joies qu'elles apportaient!
Bref. Les mains tâchées et calleuses, la mâchoire se guérissant peu à peu, il avait ainsi passé plusieurs jours.

Puis on lui avait indiqué le départ prochain de plusieurs membres du Haut-Conseil pour une grande cérémonie, chez les Dames Blanches. Ordre que le jeune homme ne connaissait absolument pas, hormis par des racontars très lointains colportés par des gens qui devaient les avoir de troisième ou quatrième main. On rapportait qu'elles n'étaient pas des chevaliers ordinaires, car elles se battaient à l'arc aussi bien qu'à l'épée. Elles étaient de plus centrées sur leurs statuts de femmes, et côtoyaient le moins possible les hommes. On racontait aussi qu'elles étaient froides et glaciales, mais qu'aux nuits de solstices et d'équinoxes, elles faisaient des cérémonies barbares dans des forêts bigarrées, au cours desquelles elles sacrifiaient de jeunes et beaux mâles après leur avoir pompé toute leur vitalité. Le jeune homme n'entendait rien à ce terme de... "Pomper leur vitalité", imaginant mal qu'il y ait quelque tuyau permettant de laisser échapper la force vitale. Mais il avait écouté les vieux hommes d'armes, qui en avaient déjà croisées, et avait gardé cela en tête. Son chevalier était alors venu le trouver, et lui avait commandé des préparatifs pour le jour J. Aussi avait-il déambulé partout dans la forteresse, un bout de papier à la main, sur lequel était griffonné:


Citation :
- Deux tenues noires complètes.
- Canne de maitre d'arme.
- Une paire de bottes
- Trousse d'herboriste
- Necessaire d'écriture.
- Un manuel de maniement des armes.
- Harnais ciré ainsi que les bottes.
- Trefs(2) pliés.
- Nourriture de bouche, pour le voyage.
- Tenues d'apparât.

etc.

Tenues noires? Dans le coffre. Canne? Dans le coffre. Bottes? Cirées, dans le coffre. Trousse? En évidence, sur le reste, dans le coffre. Nécessaire à écriture? Sur le coffre. Manuel? Dans le coffre. Trefs? A côté du chariot. Bouffe? Boisson? Dans les deux tonneaux, à côté du chariot. Ses tenues? Dans le coffre. Les armes? Dans SON coffre. Ses bottes? Dans son coffre. Le cheval? Pour le chevalier, sanglé, sellé, paré. Harnais lustrés. Le sien? Restera à Ryes. Outils? Dans la trousse, dans son coffre. Corde? Dans son coffre. Capes et mantels? Dans les coffres. Le collier du chevalier? Dans son coffre. La bannière? Le gonfalonier s'en charge.

Il biffait au fur et à mesure sur sa feuille, réfléchissant peu à peu aux détails d'intendance, chose à laquelle il n'était pas habitué. C'était des aspects dont on l'avait toujours écarté, car trop jeune, ou bien trop noble. Il avait toujours eu quelqu'un pour ce genre de tâches, et s'en était toujours accommodé, mettant les fesses sur son cheval, sachant juste que tout était prêt. Là, il découvrait la tension du gestionnaire, de celui qui doit superviser les choses, de celui qui a des responsabilités. Il avait peur. Très peur. Il savait que son chevalier le punirait s'il faisait mal, et il avait donc à coeur d'éviter la punition. On l'avait informé bien vite de ce qui advenait à ceux qui méritaient de récurer les douves, ou les latrines de la forteresse... Aussi son sort lui paraissait-il encore clément. Après tout, il passait ses journées dans le liniment, dans l'odeur de la paille et des chevaux, à s'exercer aux armes. N'était-ce pas ce que tu voulais, petit Faucon? Ou bien fantasmais-tu ta vie, t'imaginant des combats épiques à ton âge? Tu avais décidément bien des choses, encore, à apprendre.

Et le départ s'était fait. Ils avaient quittés Ryes un matin de fin février, et pris vers Lisieux, à travers la forêt. De là, ils avaient traversés l'Alençon, la Touraine, puis le Berry, avant d'obliquer vers les routes secrètes menant chez les nobles Dames qui vivaient, paraissait-il, au beau milieu d'une forêt inconnue. Ils dormaient à la belle étoile, roulés dans leurs capes et mantels, se sustentant sur leurs réserves. On ne montait pas des trefs, pour une seule nuit. Ils évitaient les villes royales, s'attachant à voyager aussi vite que possible. Le voyage se fit sans tensions.

Adrian, en ce cadre, découvrait le groupe. La valeur groupe, hein, pas le fait d'être en groupe. Ca, il connaissait. Mais la vie au sein d'un groupe, avec les coups de gueule, les beuveries communes, les chants, le soir, aux étoiles, les discussions politiques ou militaires, les histoires du temps jadis, contées devant un feu, alors que les poulardes accompagnées de clairet descendaient dans les estomacs. Adrian découvrit ainsi Nith le Perplexe et Akane de Clairval, couple emblématique de l'Ordre. Il apprit qu'ils occupaient chacun fonctions d'importance au sein de la Citadelle, et en fut étonné, aucun des deux n'ayant cette prestance, cette majesté qu'il sentait chez le Grand Maistre Enguerrand de Lazare. Nith était le Diplomate, celui qui se chargeait de l'image de l'Ordre, des discussions avec les instances royales, ou les comtés et duchés. Akane, elle, était une adjointe de Zalina, le capitaine prévôt, qui s'occupait des hommes d'armes. Autrement dit, des tours de garde, de l'entretien des salles communes, du matériel, etc. Une tâche assez énorme pour cette jeune femme qui semblait faible et pâle, comme son époux. Encore quelque chose qu'il ne comprenait pas, de voir ces deux nobles, aux si hautes fonctions, avancer pour une cérémonie officielle alors qu'ils semblaient fatigués! Le coup de grâce, peut être, vint quand on lui parla de leurs titres. Adrian entendit ainsi que ce couple avait un domaine énorme, en Normandie, comprenant les terres du Duché de Cany et de la Vicomté de Bolbec notamment, ce qui correspondait aux terres autour de Dieppe, séparant la Normandie de l'Artois. Un domaine énorme, à n'en pas douter! (3) Ils avaient ainsi un énorme morceau de Normandie sous leur responsabilité, et... géraient de plus un Ordre Royal semblable! Adrian ne put s'empêcher intérieurement de les admirer, pour ces mariages de responsabilités.

Ethan était différent. C'était un esprit simple, un roturier qui s'était imposé peu à peu dans l'Ordre par ses pieds et ses poings, et était en train d'acquérir la noblesse en oeuvrant pour le royaume. Malgré son accent d'Oc qui fit que le jeune homme ne put entamer de discussions sérieuses avec lui, il méritait de par son statut d'Errant un grand respect, ce que le Faucon lui donna de bon coeur, considérant comme le plus noble des combats de chercher à acquérir la noblesse par son abnégation et son travail au service du royaume.

Au-delà de cela, demeurait le Grand Maistre Enguerrand de Lazare, qui consistait en le summum de l'admiration du jeune garçon. Il n'avait pas mis longtemps à comprendre, par des sourires, des attitudes, des regards, qu'un lien existait entre Cerridween de Vergy, son chevalier, et lui. Il n'en comprenait pas la teneur, mais en éprouva là encore admiration. Enguerrand était un chef charismatique, un être à la force tranquille qui rappelait beaucoup Deny Ferré au jeune homme, selon les souvenirs qu'il en avait.

Au bout du trajet était arrivé la dite forêt, et un voyage de quelques lieux au milieu des arbres. Adrian restait alors dans le chariot à quatre roues portant tout leur train, alors que Nith et Akane le conduisaient. Autour, chevauchaient devant Cerridween et Enguerrand, devant le gonfalonier, et Ethan était à cheval à leurs côtés, deux ou trois autres hommes d'armes les escortant. Et c'était spectacle assez inhabituel que ceux d'un duc et d'une duchesse conduisant carriole, vous pouvez m'en croire, comme paysans en partance pour la foire! Adrian, dans un monde qui bouleversait tant ses conventions sociales, s'imbibait de cet état de fait.

Et ils étaient finalement arrivés, Adrian maugréant contre ce fichu coffre, se tenant le pied. Puis le chariot repartit, et finalement stoppa. Descendant du chariot se dégourdir les jambes, il regardait autour de lui les lieux, et la belle jeune femme qui les accueillait, lorsque:


Adrian, je te laisse en charge de ma monture et de celle du Grand Maitre. Tu nous rejoins dès qu'ils sont bouchonnés et que tu t'es bien assuré qu'ils ne manquent de rien.

RAAAAH, Mais merde! Je souffre le martyre, et en plus je me coltine vos carnes ?! Mais c'est une blague ?!

Hochement de la tête. Il acquiesce, vu qu'il n'a pas intérêt à relever. Il devra donc gérer l'installation du campement. Il récupère la monture de Ethan, laisse descendre Nith et Akane, et indique aux hommes d'armes qu'ils allaient suivre les dames chargées de les accueillir, et qu'ils iraient alors planter les trefs et s'occuper des chevaux. Adrian soupira bruyamment. Donc, encore trois à quatre heures de travail, au minimum... Ils étaient en début d'après-midi, mais tout de même... Chier, ce boulot.

Dans peu de temps, je démissionne. Je me casse, je me tire ailleurs sénégalais, au revoir, bye-bye, cassos, mais MARRE. 'Font chier, à me traiter comme un pécore.


______________________________________________________

(1): Cf le RP "Sangre y furia", en cours d'écriture, dans les jardins de Ryes.

(2): Les trefs sont les tentes de bataille emportées dans les campagnes militaires. Grandes et spacieuses, elles permettaient d'accueillir le nécessaire des chevaliers.

(3): RP basé sur une recherche Wikipédia, et de la logique. Si objections d'Akane ou Nith, évidemment, modifications possibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enguerrand_de_lazare

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 19:01

La jeune femme s'était présentée à eux, les invitant à confier leurs chevaux aux palefreniers. Hochement de tête puis coup d'oeil jeté au gamin une fois l'ordre donné par le Maistre d'arme. Y avait il once de rébellion voire de dépit sur le visage du jeune écuyer personnel? Impossible de le dire, tant le gamin semblait apte à dissimuler ses pensées et émotions...tout du moins depuis qu'il était en leur compagnie.
Souvenir d'une première rencontre par trop mouvementée, le jeune vicomte ayant envoyé ses sbires assaillir un homme seul, forçant le Grand Maitre à hausser le ton afin que la situation ne s'envenime point. Amusement aussi bref qu'imperceptible alors qu'il se remémorait la réaction aussi vive qu'efficace de la peste lors de cet épisode là.
Le vicomte avait fort mal démarré sa vie en la licorne. Ou plutôt, aux yeux du Grand Maitre, il avait particulièrement raté son entrée en scène. Force était toutefois de constater qu'au décours de leur voyage jusqu'en les terres des Dames Blanches, le jeune homme avait montré volonté et obéissance assez. Etait-ce d'avoir été accepté pour partie au sein de l'Ordre? Etaient ce coups de canne et punitions distribuées par la Maistre d'Arme? Ou bien ce sang qui coulait en ses veines n'avait il eu besoin que de ce léger coup de pouce du destin pour suivre sans peine aucune le fleuve tracé par ses parents.

Retour à son interlocutrice debout devant leur petite troupe.
Nouveau signe de tête en guise de salut avant de reprendre d'une voix posée.


Apprentie Teïa, merci à vous pour votre accueil. Nous allons faire mener nos montures en vos écuries et allons nous rendre de ce pas en direction du lieu des festivités.

Un regard vers ses compagnons.
Poussière et traces de ce long voyage pouvaient se faire voir sur leurs vêtures. Fatigue apparente sur leurs traits. Mais après tout ils n'étaient pas pantins de cour, rivalisant en vêtements et brodures, fins souliers et bijoux variés. Ils étaient chevaliers et hommes de guerre avant toute chose.


Cerrid, je te laisse choisir l'emplacement de notre campement, que dirais tu de charger ton écuyer personnel de cette action là, sera serait parfait entrainement pour le futur, je pense.

Fin sourire apparaissant à nouveau sur le visage du chevalier, alors qu'il posait son regard sur Cerridween. Voilà qui serait leur première manifestation à deux. Qu'allait donc leur réserver cette soirée. Et surtout, plus que tout encore, qu'allait dire la jeune lorsqu'elle verrait la surprise si particulière qu'il avait apportée dans ses bagages.
Détournant le regard pour ne pas éveiller soupçons par quelque lueur malicieuse traitreusement échappée, il marqua un temps d'arrêt, comme concentré sur l'observation des lieux alentours.

Reportant enfin son attention sur la Dame Blanche à qui ils s'étaient adressée.


Si votre page pouvait nous conduire directement, cela serait parfait. Nous prendrons temps, si besoin est, de prendre quelque repos plus tard dans la journée. Pourriez vous par ailleurs nous indiquer l'emplacement de notre campement afin que nous commencions à nous installer?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulue

avatar

Nombre de messages : 200
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Mer 25 Fév 2009 - 21:05

Lecture d’une missive pour la moins surprenante…une de plus.
Air dubitatif mimé puis léger sourire amusé.
Si on lui avait dit que telle cérémonie pouvait à ce point lui faire découvrir certaines choses qu’il valait mieux ignorer, elle aurait rit au nez de son interlocuteur.

Réfléchir et vite, pour répondre à la demande lorsqu’un page l’apostropha.
Mine contrariée et regard noir qui le fusilla.
Combien de fois devrait-elle lui expliquer que lorsqu’elle est dans ce bureau le maître mot est discrétion ?

Un soupir s’échappa, plus la force de lui faire entendre raison, tandis qu’il lui annonçait l’arrivée des Licorneux.
Missive brûlée, phrase soufflée à une sœur afin qu’elle fasse le nécessaire et la voici en route pour accueillir les nouveaux arrivés.

Plus que quelques mètres et elle serait aux portes du manoir.
Elle pouvait déjà distinguer le petit groupe.
Finalement ils étaient venus.

Teia avait déjà fait le plus gros visiblement, déjà certains chevaux étaient conduits aux écuries.
Profiter de la proximité pour détailler discrètement chaque visage des représentants de l’Ordre.
Enfin arrivée… juste le temps d’entendre la demande du Grand Maitre.
Elle salua d’un petit signe de la tête sa sœur avant de s’adresser aux membres de l’Ordre de la Licorne, tandis que l’apprentie s’éclipsait.


Messire, Dame, soyez les bienvenues au manoir de notre Grande Amazone. Vous avez fait bon voyage?
Je suis Lucie de Castelléo, Ecuyère et l’une des organisatrices de la cérémonie qui va suivre, au moindre problème n’hésitez pas à me demander.
Nous vous avons réservé une partie des ruines pour installer votre campement. Je vais vous y conduire. Et vous serez Maître des lieux le temps qu’il vous plaira.
Je me permets cependant, de vous conseiller d’installer votre campement le plus au sud de celles-ci, le nord ayant été réquisitionné pour la chasse au vol.


Léger sourire malicieux qui s’esquissa, avant de les mener au lieu dit…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan NEWTON

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Jeu 26 Fév 2009 - 12:55

Lucie, celle-la même qui l’avait si cérémonieusement accueilli lors de sa première visite au sein de la Commanderie des Dames Blanches. Il est vrai qu’il n’était pas véritablement invité ce jour là, une méprise, une mécompréhension, quelques explications franches et sans détours. Souvenirs d’une petite leçon donnée à une jeune apprentie quelque peu trop hâtive dans ses prises de décision … Un sourire vint se ficher sur le visage de l’Errant en repensant à toute cette soirée passée en leurs compagnies. La cérémonie, le banquet, le bal masqué … tant de choses en une simple nuit dont chaque moment restait gravé en sa mémoire …

Toujours aussi avenante la Blanche Ecuyère. Rien de son état d’esprit ne saurait transparaître sur son visage à qui ne la connaissait pas. Depuis lors, ils avaient eu l’occasion de faire plus ample connaissance. L’Errant se complaisait à constater qu’elle était telle qu’il l’avait intuitivement perçue dès leur première rencontre. Des liens étranges s’étaient ensuite noués entre ces deux personnes au demeurant bien différentes. De ceux constitués par des passés similaires quoi que tout à fait distincts. Deux ceux faits de souffrances et de peines, que seuls pouvaient comprendre les personnes qui en ont fait l’objet. Leurs conversations presque quotidiennes leur permettaient d’évacuer les tensions accumulées, mais aussi de combler la solitude qui leur pesait à tous deux. Etranges discussions faites de regards et de non-dits, mais qui cependant semblaient les satisfaire, et leur laissait l’envie de se retrouver au plus vite après chacun de leurs « au-revoir » …

Il eut le temps d’entre apercevoir un sourire plein de malice s’afficher sur son visage avant qu’elle ne les guide vers les fameuses ruines que l’on mettait à leur disposition si cordialement … Etait-ce donc là un présage quelconque ? Il aurait peut-être l’occasion d’en savoir un peu plus si le temps leur en était donné. Dans l’immédiat, il allait leur falloir installer le campement, pas de belles suites dorées pour les Licorneux … mais cela, ils en avaient l’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulue

avatar

Nombre de messages : 200
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Jeu 26 Fév 2009 - 16:55

Quelques grimaces qu’elle pouvait distinguer sur le visage de certains Licorneux.
Pour sur que le "blondinet ténébreux", comme elle aimait l’appeler, lui en toucherait deux mots.
Mais pour l’instant faire abstraction de ce qu’elle pouvait voir.
Leur Grand Maitre parlerait bien pour eux si nécessaire.
Elle aviserait donc à ce moment là.
L’air de rien, elle ne manquait pas de ressources.

Tandis qu’un page (bien pratique ces petits êtres là), les accompagnait, elle se permit de quitter la tête du petit groupe afin d’aller saluer Ethan.
Après tout, elle avait voulu lui montrer qu’elle pouvait être plus accueillante qu’elle ne l’avait été la dernière fois, et voilà que la Blanche avait du l’ignorer jusqu’à présent.

Il l’avait connu les nerfs à vifs ces derniers jours.
Patient et compréhensif, le" courant d’air de Licorneux" avait prit son mal en patience.
Arrivée à sa hauteur, elle se contente de lui murmurer un…


Je suis restée en vie plus longtemps que je ne le pensais finalement…

Regard malicieux qui se posa dans le sien.

Alors ces portes sont elles plus agréables et accueillantes que celles de la commanderie ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan NEWTON

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Jeu 5 Mar 2009 - 22:54

Etonnante allusion en ce qui concernait sa survivance. Il avait compris depuis de nombreux jours que l’organisation de cette cérémonie et de toutes les festivités qui en découlaient, lui avaient demandé un énorme investissement. Rares furent les jours où il la croisa enjouée. Elle avait été quelque peu « malmenée » à ce qu’il en avait compris. Des mésententes, des dissensions, d’âpres discussions engendrées par la tension grandissante de la proximité de l’échéance.

Pour sa part, il n’avait pas été en meilleure posture avec l’escorte, qui lui fourbissait son lot quotidien de soucis divers et variés. Néanmoins, il s’était attaché à respirer profondément, tout comme le lui avait appris Zalina, évitant ainsi de laisser la tension l’envahir, et lui apportant un peu de sérénité. Même dans les pires circonstances il était parvenu à se contenir, ne pensant qu’aux moments privilégiés où ils pouvaient se retrouver seuls, tous les deux. Ils en profitaient pour échanger quelque peu sur leurs problématiques mutuelles, mais surtout pour bénéficier du peu d’intimité qui leur était donnée. Nul jusqu’à présent ne savait quels étaient leurs rapports, le Licorneux Ténébreux comme elle aimait à l’appeler, demeurait identique à lui-même avec tous les autres, introverti et discret …

Il ne savait pas encore pourquoi, mais ce jour était différent. L’accueil déjà, bien moins formel que la dernière fois, malgré la présence de leur Grand Maître et de tous ces Licorneux. Bien qu’elle ne se fût pas encore adressée à lui, un nouveau sourire naquit sur ses lèvres quand il la vit se rapprocher. Elle délaissait quelque peu le formalisme et l’étiquette, pour le gratifier d’une attention toute particulière, bien que réservée. S’il avait été moins modéré le Licorneux, il lui aurait certainement montré en quoi il était bien plus agréable d’être accueilli ainsi. Mais le lieu et l’heure ne s’y prêtaient point. Il se contenta donc de lui répondre :

C’est en effet fort différent … même s’il y manque encore un tout petit quelque chose …
Il espérait qu’elle comprendrait ce qu’il sous entendait par ce « petit quelque chose » …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulue

avatar

Nombre de messages : 200
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Ven 6 Mar 2009 - 22:37

Sentiment soudain de plénitude lorsqu’elle fut à ses côtés.
Comme si maintenant, tout allait forcément bien se passer.
Seul ombre au tableau, cette invitation qu’elle avait adressée, non pas au Blondinet Ténébreux, mais au Licorneux.
Regret qui commençait à la tenailler de devoir se forcer à tenir une certaine distance.

Mais visiblement Ethan avait d’autres projets beaucoup moins protocolaires et au final, c’était tant mieux.
Joues légèrement rosées lorsqu’il lui parle d’un petit quelque chose qui manquait.
Elle le regarda un instant, interdite.
La lèvre inférieure fut pincée pour se rappeler qu’ils n’avaient encore rien dit à personne, tout deux certainement trop discrets sur les évènements qui peuplent leur vie privée, avec les personnes qu’ils «fréquentent».
Un sourire fut esquissé et sa main gauche se posa sur l’avant bras de l’Errant pour l’inviter à se détacher légèrement de ses frères et sœurs.
Mains qui se frôlent, avant de cesser le manège en lui répondant enfin.


Et bien, il faudra qu’on remédie à cela un peu plus tard si tu le veux bien.
En attendant, comment s’est passé votre voyage ?


Se penchant légèrement vers lui...


Il va pas se vexer ton GM, que je le laisse en tête avec le guide?

Redécouverte de ces sensations qui ont le don de vous enivrer.
Et surtout faire celle qui ne voit pas le page qui lui fait de grands signes…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan NEWTON

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Dim 8 Mar 2009 - 19:52

La main de Lucie vint se poser sur l’avant bras d’Ethan, leurs pas ralentissant subrepticement pour se laisser quelque peu distancer par le groupe de Licorneux précédé d’un page qui les guidaient. Leurs mains s’effleurant, se frôlant, se caressant à l’insu de tous, ils se laissaient tous deux porter par l’engouement de ce simple moment de bonheur. Rien ne leur importait plus que de profiter de l’instant présent. Certains semblaient penser que pour vivre heureux il fallait vivre cachés … Sans doute avaient-ils dépassé cette notion car peu semblait désormais leur importer les « qu’en dira t’on »…

Ethan se surprit à sourire … Était-ce donc vrai ce mythe qui disait que les Licorneux ne pouvaient résister aux charmes des Dames Blanches ? Lui qui avait fait une croix depuis bien longtemps sur sa capacité à bénéficier d’une vie de couple, ne pouvait que se rendre à l’évidence que chacun pouvait rencontrer l’Amour. Car il semblait bien s’agir de cela, il ne se posait aucune question concernant leur avenir, se contentant de profiter des instants en sa présence. Nul projet, nulle promesse inutile, uniquement des moments d’intimité partagés. Une envie insatiable de se retrouver chaque jour, malgré tous les aléas, leurs problèmes quotidiens, leurs responsabilités …

Bien évidemment qu’il espérait remédier à ce petit quelque chose qui lui manquait tant en cet instant. D’ailleurs, il lui fallait énormément prendre sur lui pour ne pas passer son bras autour de sa taille fine, l’enlacer pour l’attirer à lui, et venir déposer ses lèvres sur les siennes. Un léger soupire s’échappa de ses lèvres venant exprimer le léger trouble qui l’étreignait en cet instant tant solennel. Il ne prit cependant pas la peine de commenter son affirmation, sachant pertinemment qu’elle était, tout comme lui-même, tout aussi impatiente de remédier à leur manque …

Notre voyage fut comme chacun de nos voyages, ennuyeux à souhait … À croire que les brigands nous évitent …


Il lui sourit tendrement, puis répondit discrètement à sa question concernant le formalisme de leur accueil.

Ne te formalises pas pour Enguerrand, il n’est pas de ceux qui apportent de l’importance à l’étiquette, en tous les cas pas en ces circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lulue

avatar

Nombre de messages : 200
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   Lun 9 Mar 2009 - 18:07

Tel des adolescents les voilà légèrement en retrait, à essayer de profiter du peu d’intimité qu’ils pouvaient s’accorder.
Les regards s’exprimaient mutuellement sur la difficulté qu’ils avaient à se contenir.
Les mains ne cessaient de se chercher comme pour combler le manque abordé, bien que les contacts furent furtifs.
Sourire taquin qui vint se ficher sur son visage.


Hum, je suis sure que dans tout le Royaume les brigands font circuler le message qu’il ne faut pas s’attaquer au prestigieux Ordre Royal de la Licorne, et qu’ils tremblent lorsqu’on prononce votre nom. Pardonnes leur donc, leur manque de courage qui est probablement la cause de ton ennuie sur la route.
Ceci dit, vois le bon côté des choses, tu seras en meilleure forme pour notre duel.


Rire retenu.
Ils en avaient beaucoup parlé tous les deux, de cette éventuelle confrontation sur la lice.
Ça ne les réjouissait guère, mais après tout, autant prendre cela avec humour.
Ce n’était qu’un jeu, une sorte d’entraînement, tout au plus.

Regard empli de malice soudainement, lorsque Ethan la rassure sur l’accueil des Licornes.
Elle aurait pu lui dire, pour le faire enrager, qu’elle n’avait été d’accord que pour l’accueillir lui, de façon moins formelle, mais après l’attribution des ruines comme campement, Lucie préféra rester silencieuse.
De toute façon, il commençait à la connaître le Licorneux, nul doute qu’il arriverait à lire dans ses yeux noirs.

En parlant de tas de pierre, ils pouvaient désormais les distinguer.
Petit soupir.
Même si la Blanche comptait rester jusqu’à ce que le Grand Maître lui donne son avis sur la proposition faite un peu plus tôt, elle savait que l’arrivée en ces lieux allait mettre un terme à ce petit moment de douceur dans ce monde de brute ?... Hum à ce moment privilégié, même s’il était à la vue de tous ou presque ?... Bref vous avez saisie l’idée…

Alors la main du Blondinet fut prise, et le pas accéléré.
Les autres furent donc rejoint, et l’étreinte lâchée à regret.
Présentation rapide des lieux et surtout des délimitations, entre l’endroit où ils pouvaient monter leurs tentes et le parcours de chasse.
Une façon involontaire de rajouter de l’huile sur le feu en somme.

Et puis, envie subite de le prendre par la main pour disparaitre avec lui.
Il était facile de s'égarer dans ce Manoir...
Mais ce fichu Page qu'elle avait subliment ignorer avait décidé de les suivre à la trace... Mpfff

Mine très contrariée ouvertement affichée.
Murmures, yeux ronds qui apparaissent.
Allez retour du regard qui se posa tantôt sur Ethan, tantôt sur le Page
Norf, écouter son envie ou sa raison?
Nouveau soupir, plus prononcé cette fois-ci, et puis sourire contrit.


Je suis navrée Ethan, un souci a régler... on se revoit à la cérémonie?

Plus une affirmation qu'une question pour le coup.
Et voilà que la Dame Blanche s'envole vers ses obligations d'hôte...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée des chevaliers licorneux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée des chevaliers licorneux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP]L'arrivée
» Arrivée précipitée
» [Chevaliers Gris-Peinture] ma mini-armée de chasseurs de démons
» Question sur l'équipement eau arrivée au niveau 11X
» l'arrivée des prophete charnel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Entrée et abords du Manoir :: Barbacane de la Gardienne-
Sauter vers: